L’été des devises : un euro fort, un dollar faible

L’été est plutôt calme sur les marchés actions alors il faut aller chercher la volatilité du côté des devises et sur la traditionnelle paire euro/dollar.

L’euro est à un de ses plus hauts par rapport au dollar, un plus haut de 2 ans, à 1,1946 dollars, alors que le dollar index, le dollar américain comparé à un panier de devises, atteint lui des minimums. Ce sont toutes les incertitudes liées à l’économie ou à la politique américaine qui pèsent sur le billet vert alors que l’Europe aurait, selon les observateurs, mieux géré la crise sanitaire ce qui lui permet d’espérer une reprise plus forte et durable, tout en faisant avec des moyens de relance importants, mais plus faibles. De l’autre côté de l’Atlantique, l’attente de la présidentielle devrait encore un peu peser sur le dollar.

« L’euro monte donc surtout parce que le dollar baisse et le dollar baisse parce que l’économie américaine inquiète, ce qui est au fond une mauvaise nouvelle pour l’Europe. A preuve, l’once d’or a gagné 35% en 7 mois depuis janvier, surtout depuis juillet. L’euro et l’or marchent ensemble mais l’or plus vite, parce qu’il bénéficie plus de la peur ! » explique Jean-Paul Betbèze, économiste.

Pour autant, l’euro fort n’est pas forcément une bonne nouvelle. Pénalisant les pays en mauvaise passe et les secteurs exportateurs : automobile, aéronautique, agriculture, luxe, mais aussi le tourisme, déjà largement pénalisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!