Cours de l’Argent : connaître le marché pour anticiper

Mathieu AMACHER

Depuis le début de l’année, beaucoup d’investisseurs se sont précipités sur l’Argent d’investissement. En raison de la crise sanitaire, et de la crise économique qui en découle, l’Argent semble être un bon moyen de placer ses économies. Son prix semble très abordable ; le lingot d’Argent s’échange sur les marchés aux alentours de 650 euros.

La volatilité a été importante ces derniers mois. Ainsi, il est important d’informer les investisseurs sur les fondamentaux du marché et voir les pratiques en termes d’achat et de vente.


Évolution du cours de l’Argent sur 20 ans.

Depuis les années 2000, marquant le début de la bulle monétaire, le prix de l’Argent a vu son prix augmenter de 500 %. En début de période, le cours tournait autour de $ 4 l’once ; aujourd’hui, il est de $ 23,50

Le plus haut historique a été touché en avril 2011 à $ 49,82 l’once. Après le rétablissement de l’économie, suite de la bulle des subprimes, le cours de l’Argent a consolidé de 72 %, pour atteindre un plus bas à $ 11,63, en mars 2020. De 2014 à 2020, le cours évolue sans réelle tendance ; et avait même tendance à consolider.
Avec la crise du covid, son cours s’est apprécié de 104 % ; en seulement 8 mois.

Il y a plusieurs informations à comprendre dans l’évolution du cours de l’Argent sur cette période que nous étudions.
Tout d’abord, le plus haut historique de 2011 n’a pas encore été atteint. Pour rappel, le prix est le reflet de l’équilibre entre l’offre et la demande. La demande n’a jamais été aussi forte qu’en 2011.
L’Argent est avant tout considéré comme un métal industriel ; puis considéré comme une valeur monétaire. Pour la période de 2020, la demande des industriels est tombée proche de zéro (comme la demande de pétrole). Toutefois, le prix s’est maintenu grâce à la demande d’Argent d’investissement. Cela a d’ailleurs permis au cours de l’Argent de s’apprécier depuis le début de l’année. Seulement, une baisse de la demande industrielle sonnerait le glas de cette nouvelle tendance haussière.
En cas de durcissement des mesures sanitaires, la demande d’Argent d’investissement pourrait ne pas substituer la demande industrielle.



La micro-économie du marché de l’Argent d’investissement


Si l’on observe plus en détail, le marché, on s’aperçoit que la demande d’Argent d’investissement (lingot et pièce) est avant tout le fait de particulier.
En effet, l’Or étant devenu très cher, l’investisseur se tourne vers un actif plus abordable : il aura une plus grande quantité de matière. Le ratio Or/Argent, si cher aux analystes, s’établit à 1/80. Ce ratio est à prendre avec beaucoup de précautions, car les découvertes minières d’Argent ont été beaucoup plus important que celle de l’Or ces dernières années.
Également, il est à noter que la demande s’est brusquement réveillée pendant la crise du Covid. Ainsi, la base du marché est encore trop récente pour pouvoir être stable.
Les fondeurs n’ont pas réussi à suivre la demande de lingot et de pièce ; les délais de livraison pour une commande passée en juin étaient de six mois ; très peu de livraison avant début 2021.

De plus, les fondeurs ont été obligés de refaire rapidement leurs stocks de matière brute ; de peur de voir le prix du marché leurs êtres défavorables. C’est pour cela que le cours de l’Argent est brusquement monté en flèche au début de l’année.
Les primes sur l’Argent d’investissement ont atteint des sommets puisque certain produit au détail se sont vendus avec plus de 50 % de primes.


Une volatilité forte encourage à beaucoup de précautions.


En bourse, la volatilité est l’amplitude des variations du cours d’un actif. Les analystes s’en servent pour calculer le risque d’investissement. Ainsi, plus la volatilité est importante et plus la possibilité de gain ou de perte est importante.

Outre le fait que l’investisseur en Argent cherche à se protéger contre la décadence des marchés financiers, il cherche à gagner en capital grâce à l’évolution rapide du cours. 

Depuis le début de l’année, le cours de l’Argent a gagné 30 %.

L’écart entre le prix d’achat et le prix de marché peut varier de manière importante. C’est ce qu’on appelle la prime. À titre d’exemple, pendant la phase la plus aiguë de la crise Covid, le lingot d’Argent pouvait se payer avec 30 % de prime. 
Aujourd’hui encore, les pièces d’Argent moderne (Maple leaf, silver eagle…) peuvent avoir une prime de près de 50 %. 
Chez le meilleur commerçant, pour la Silver Eagle, le prix du métal est de 20,34 euros, mais le prix de vente est de 35 euros. Soit une prime de 72 %. L’investisseur devra donc attendre que le cours s’apprécie de 72 % pour arriver à l’équilibre.




Sans doute une hausse à venir, mais vigilance

Le fait que la prime soit élevée, montre que la demande d’Argent d’investissement est importante. Les fournisseurs, n’arrivant pas à fournir, augmentent leurs prix pour freiner la demande et ils tentent de rattraper les commandes en retard.
Tant dont le prix n’a pas dépassé ses plus hauts historiques, il faut considérer l’achat d’Argent d’investissement d’une manière spéculative et surtout à court terme. Nombreux sont les investisseurs qui ont acheté quand l’Argent était proche de ses sommets et attendent de retrouver ces sommets pour s’en débarrasser.
De plus, la volatilité et la prime sont importantes à la hausse pour le moment. Lorsque le prix de l’Argent corrigera plus profondément, sans doute les primes négatives, seront importantes. Il n’y a rien de plus instable qu’un marché uniquement fondé sur la demande particulière. Car lorsque tout le monde voudra revendre son Argent au même moment, le prix s’en ressentira. L’offre sera trop forte.

Si les primes sur l’Argent d’investissement deviennent plus raisonnables, il sera sans doute intéressant d’investir sur ce métal. La crise économique semble perdurer, cela est généralement propice aux valeurs refuges.  

Mathieu AMACHER

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!