Eramet : Division Mines et Métaux

La production de minerai au Gabon a atteint un rythme de plus de 6 Mt par an au T3 2020 et les volumes de minerai vendus sont en hausse de près de 65 %. Les volumes d’alliages produits et vendus sont en recul compte tenu de la contraction du secteur sidérurgique. Bien qu’en baisse à la fois par rapport au T3 2019 et par rapport au 1er semestre de l’année, le prix du minerai s’est stabilisé à 4,2 $/dmtu en moyenne sur le trimestre.

Le chiffre d’affaires de la BU Manganèse, qui représente un peu plus de 49 % du chiffre d’affaires consolidé du Groupe, s’élève à 420 M€ en très légère baisse (- 1,6 %) au T3 2020. La croissance des volumes de ventes de minerai a permis de compenser la baisse des prix et le recul des ventes d’alliages.

Tendances de marché & prix

La production mondiale d’acier au carbone, principal débouché du manganèse, est en hausse de

  • 0,9 %3 au T3 2020 pour atteindre 475 Mt. La production en Chine, qui représente environ 57 % de la production mondiale, a fortement progressé (+ 9,6 %3), tirée notamment par la construction
    d’infrastructures pour relancer l’activité économique, avec des records jamais atteints au T3. La production dans le reste du monde demeure en forte baisse (- 9,6 %3), conséquence du repli de la demande en Europe (- 20,8 %3) et en Amérique du Nord (- 22,5 %3) frappées par la crise
    sanitaire

En cumul sur les neuf premiers mois de l’année, la production d’acier au carbone atteint 1,36 Mdt, en baisse de – 3,8 %3 par rapport à la même période en 2019.

Le prix moyen du minerai de manganèse CIF Chine 44 % s’est stabilisé à environ 4,2 USD/dmtu5 au T3 2020, en baisse d’environ – 26 %6,7 par rapport au T3 2019 (5,7 USD/dmtu6).

Les prix des alliages de manganèse en Europe ont affiché une baisse marquée au T3 2020, en particulier pour les alliages affinés (ferromanganèse moyen carbone à environ 1 306 €/t6, soit

  • 12 % par rapport au T3 2019) mais aussi pour les alliages standard (silico-manganèse à environ 863 €/t6, soit – 10 %).

Au Gabon, la production de minerai de manganèse de Comilog est en hausse de +15 % à 1,5 Mt au T3 2020 (4,3 Mt en cumul à fin septembre). Les volumes de minerai transportés ont également
augmenté (+ 24 %), en ligne avec le niveau record atteint au T2 2020. Cette bonne performance de la mine et des moyens logistiques traduit les progrès opérationnels réalisés. Ces derniers ainsi qu’un moindre niveau de ventes internes (à destination des usines d’alliages de manganèse du Groupe) ont permis une progression des volumes de vente externe de minerai de près de 65 %à 1,5 Mt au T3 (3,9 Mt en cumul à fin septembre).
Sur le trimestre, la production des usines d’alliages de manganèse a continué à s’adapter au niveau de la demande dans un marché affecté par le fort ralentissement de la production d’acier en Europe et aux Etats-Unis. Ceci s’est traduit par une baisse de la production de – 16 % au T3
2020 (511 kt en cumul à fin septembre), avec toutefois une moindre baisse des volumes de ventes à 162 kt (- 8 %) sur la même période.
L’activité d’électrolyse pour la production de manganèse métal au Gabon a été définitivement arrêtée au T3. L‘activité de production de silico-manganèse est maintenue.

Compte tenu de la bonne performance à fin septembre, et avec la mise en œuvre du programme de croissance modulaire et optimisée du minerai de manganèse, l’objectif 2020 est de nouveau réhaussé à 5,8 Mt de volumes produits (soit plus de 20 % par rapport à 2019).

L’ouverture du nouveau plateau d’Okouma en octobre et sa mise en production selon une approche modulaire et flexible devraient permettre une montée progressive de la production visant une capacité de 7 Mt de minerai de manganèse d’ici 2022.

Afin d’accompagner cette croissance très rentable avec un temps de retour très rapide, des investissements d’un montant de l’ordre de 85 M€ devraient être réalisés en 2020

En ce qui concerne la production d’acier au carbone, la poursuite d’une activité soutenue en Chine et un début de reprise dans le reste du monde est attendu au T4, avec toutefois des disparités de croissance entre les zones géographiques.

BU Nickel

Les marchés de la BU Nickel ont été fortement impactés par le repli marqué du secteur de l’inox sur les 9iers mois de l’année, et par une baisse des prix du nickel au LME. Cependant, la croissance des exports de minerai de nickel, tirée à la fois par les volumes et par une très forte augmentation des prix, a permis à la BU d’afficher un chiffre d’affaires stable au T3 2020

Le chiffre d’affaires de la SLN est en très légère hausse (+ 1 %) à 194 M€ au T3 2020. Les ventes de l’usine de Sandouville restent pénalisées par la perte de marchés à forte valeur ajoutée compte tenu de la crise et affichent une baisse de – 5 % à 22 M€

Tendances de marché & prix

L’industrie de l’acier inoxydable (2/3 de la demande mondiale de nickel) connait un choc historique en 2020 avec une production mondiale en recul de – 7,6 %8 à 35,9 Mt sur les 9iers mois de l’année, malgré une baisse limitée au T3 2020 (- 1,6 %8) grâce à la Chine. La production chinoise, qui représente près de 65 % de la production globale, affiche une nette reprise au T3 2020 (+ 6,9 %8) sous l’effet de stimuli du gouvernement visant à soutenir les infrastructures, les transports et la construction. A l’inverse, le reste du monde enregistre un recul très marqué sur
la période (- 14,2 %8). L’Indonésie affiche une progression de 19,0 %8 au T3, après la baisse exceptionnelle des volumes au S1.

La demande en nickel primaire affiche ainsi des signes de reprise au T3 2020, avec une progression de + 1,2 %8

La production mondiale de nickel primaire est stable à 0,6 Mt8 au T3 2020, soutenue par le développement continu de la production de ferroalliages de nickel en Indonésie (+ 52,9 %8) qui a compensé le recul de la production traditionnelle

Partant d’un bilan offre/demande du nickel fortement excédentaire au S1 2020, la balance est quasi à l’équilibre au T3. Les stocks de nickel au LME9 et SHFE9 n’ont ainsi que très légèrement augmenté par rapport à fin juin (+ 1,2 %) pour s’élever à 266 kt à fin septembre 2020. Ils représentent désormais 8 semaines de consommation10 , ce qui constitue toujours un niveau bas.

Au T3 2020, la moyenne des cours au LME s’est élevée à 6,45 USD/lb (14 213 USD/t), en baisse par rapport au T3 2019 (- 9 %11) mais en forte hausse par rapport au S1 2020 (+ 14 %). Les prix du ferronickel sont en baisse de – 16,5 % au T3 2020, mais en hausse de + 22 % par rapport au S1. Compte tenu de la reprise de la demande d’acier inox, les prix de vente du ferronickel
subissent une décote plus faible par rapport au LME sur le trimestre.

En revanche, la moyenne des prix de minerai de nickel 1,8% CIF Chine s’élève à 81,1 $/th12, en très forte hausse (+ 35 %) par rapport à la moyenne de 60,2 $/th12 du T3 2019. Elle reflète l’entrée en vigueur depuis janvier 2020 de l’interdiction d’exporter les minerais de nickel depuis l’Indonésie
qui limite l’offre vers la Chine. Les stocks de minerai de nickel dans les ports en Chine13 , en légère hausse par rapport à fin juin, s’élèvent à 8,8 Mth à fin septembre, soit l’équivalent d’environ 8 semaines de consommation.

En Nouvelle-Calédonie, la production minière de la SLN a augmenté de + 20 % à 1,6 Mth14 au T3 2020 (3,8 Mth en cumul à fin septembre, + 15 %).

Les exportations de minerai de nickel à faible teneur ont atteint 0,6 Mth sur la période, en hausse de + 6 % par rapport au T3 2019. Sur la base du mois de septembre, les exports affichent un rythme de plus de 3,5 Mth par an. Au total, les volumes de minerai exportés s’élèvent à 1,7 Mth
en cumul sur les 9iers mois (+ 61 % par rapport à la même période en 2019).

La production de ferronickel est en hausse de + 15 % à 13 kt au T3 2020 (+ 5 % à 37 kt en cumul sur les neuf premiers mois de l’année). Les volumes de ventes augmentent également de + 10 %
à 13 kt au T3 2020 (+ 9 % à 39 kt en cumul à fin septembre).

L’augmentation des exports de minerai de nickel ainsi que l’impact positif des facteurs externes se traduisent par une nette amélioration du cash cost qui ressort à 5,24 USD/lb en moyenne au 3 ème trimestre 2020, en baisse par rapport au S1 2020 (5,65 USD/lb) et au T3 2019 (5,76 USD/lb).
Le cash cost devrait continuer à s’améliorer au T4 grâce notamment à l’augmentation significative du prix du minerai, qui a enregistré une nouvelle hausse à date de plus de + 20 % par rapport à la moyenne du T315

L’atteinte de l’ensemble des objectifs du plan de sauvetage reste une condition nécessaire à la pérennité de la SLN, en particulier l’obtention du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie de l’autorisation d’exporter 2 Mth supplémentaires de minerai à faible teneur (passant de 4 Mth à
6 Mth d’exports par an).


.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!