Société générale : Forte amélioration du résultat brut d’exploitation +14,6%* /T3-19

Forte amélioration du résultat brut d’exploitation +14,6%* /T3-19

Rebond des revenus dans l’ensemble des activités : revenus +9,7% /T2-20 (+0,5%/ T3-19) Baisse des frais généraux -8,2%/T3-19 (-5,6%) et -6,5%/9M-19 (-4,5%*

Effet de ciseaux positif au niveau du Groupe
Coût du risque T3-20 en forte baisse par rapport au T2-20 à 40 points de base
Résultat net part du Groupe publié à 862 M EUR (+9,8%*/T3-19) – résultat net part du Groupe sousjacent à 742 M EUR au T3-20 et 803 M EUR au 9M-20

FORTE PROGRESSION DU RATIO CET1 A 13,2%(1)

Objectif de frais de gestion sous-jacents à environ 16,5 Md EUR
Coût du risque à environ 70 pb
Objectif de ratio de CET1 au-dessus de 12% à fin 2020

GROUPE SOCIÉTÉ GÉNÉRALE PLEINEMENT MOBILISÉ AU
SERVICE DE L’ÉCONOMIE

Plus de 20 Md EUR de demandes de prêts garantis d’Etat au niveau du Groupe

NOUVEAUX ENGAGEMENTS EN MATIÈRE DE TRANSITION
ÉNERGÉTIQUE

Objectif de réduction de 10% d’ici 2025 de l’exposition globale au secteur de l’extraction du pétrole et du
gaz :

en soutenant la transition énergétique de nos clients par le financement prioritaire des énergies renouvelables et du gaz dans la phase de transition

  • en arrêtant les nouveaux financements de l’extraction de pétrole et gaz onshore aux Etats-Unis
    (Reserve Based Lending)

Frédéric Oudéa, Directeur Général du Groupe, a commenté :
« Les résultats du 3ème trimestre du groupe Société Générale illustrent la capacité de rebond de tous nos métiers après la période de confinement exceptionnelle que nous avons vécue et d’adaptation à un environnement encore très incertain. Les performances enregistrées traduisent nos efforts en termes de développement commercial, de maîtrise des coûts et de gestion rigoureuse de nos risques. La solidité du bilan, tant en termes de qualité des actifs que de niveau de capital, nous permet d’aborder les mois à venir avec confiance et de bâtir notre nouvelle feuille de route stratégique sur des fondations solides. Forts de l’engagement exceptionnel de nos équipes, nous avons l’ambition d’accompagner nos clients dans la crise actuelle comme à plus long terme dans leur transition énergétique et digitale et nous sommes confiants dans notre capacité à renforcer la valeur ajoutée et la compétitivité de nos différents métiers. »

Le Conseil d’administration de Société Générale, réuni le 4 novembre 2020, sous la présidence de Lorenzo Bini Smaghi, a examiné les résultats du troisième trimestre et des neuf mois 2020 du Groupe Société Générale.

Les différents retraitements permettant le passage des données sous-jacentes aux données publiées sont présentés dans les notes méthodologiques (§10.5).

Produit net bancaire

Le troisième trimestre est marqué par un rebond général de l’ensemble des activités du Groupe dans un contexte toujours caractérisé par la crise sanitaire mondiale. Le produit net bancaire du Groupe est en nette amélioration de +9,7% par rapport au T2-20 à 5 809 millions d’euros et stable à +0,5%* à périmètre et change constant par rapport au T3-19 (-2,9% en publié). Il ressort à -9,4%* sur les neufs premiers mois
2020 par rapport au 9M-19 (-11,8% sur 9M-20 /9M-19).

Le produit net bancaire hors provision PEL/CEL des activités de la Banque de détail en France est en progression de +6,2% par rapport au T2-20 et en retrait de -4,5% par rapport au T3-19. La dynamique de rebond est également observée sur les revenus de la Banque de détail et Services Financiers Internationaux (+9,9%* /T2-20, -2,6%* /T3-19).

Le produit net bancaire de la Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs est en hausse de +8,2% /T2-20 et de +1% /T3-19 Les Activités de Marché ont connu un fort rebond, notamment sur les
métiers Actions, dans un contexte de normalisation des conditions de marché.

Frais de gestion

Les frais de gestion sont en forte baisse sur le trimestre à 3 825 millions d’euros (-8,2% /T3-19 et -5,6%* à périmètre et change constant), se traduisant par un effet de ciseaux positif sur le trimestre, et à 12 363
millions d’euros sur neuf mois (-6,5% /9M-19 et -4,5%* à périmètre et change constant). Les frais de gestion sous-jacents s’élèvent à 4 002 millions d’euros au T3-20 en baisse de -7,3% par rapport au T3-19

et à 12 186 millions d’euros au 9M-20 en baisse de -4,9%/9M-19, après prise en compte de l’effet de la
linéarisation de l’impact IFRIC 21.

L’ensemble des métiers du Groupe contribuent à cette baisse : les coûts de la Banque de détail en France sont en retrait de -6,0% au T3-20/T3-19, ceux de la Banque de détail et Services Financiers Internationaux
en recul de -8,4% au T3-20 /T3-19 et ceux de la Banque de Grande Clientèle et Solutions Investisseurs en baisse de -9,8% au T3-20/T3-19.

Le Groupe prévoit des frais de gestion sous-jacents à environ 16,5 milliards d’euros pour l’année 2020. De plus, le Groupe travaille déjà à la réduction de ses coûts au-delà de 2020 : baisse attendue de 450 M EUR d’ici 2022/2023 dans les Activités de Marché, étude en cours sur les réseaux en France, optimisation permanente des processus transverses, bénéfice progressif de la finalisation des efforts de remédiation à partir de 2022, accélération de la digitalisation

Coût du risque

Le coût du risque commercial est à 40 points de base sur T3-20, en très nette baisse par rapport au dernier trimestre (97 points de base au T2-20 et 26 points de base au T3-19) et 67 points de base au 9M-20

Le coût net du risque s’élève à 518 millions d’euros au T3-20 et se ventile en 382 millions d’euros au titre des encours classés en Etape 3 (encours douteux) et 136 millions d’euros au titre des encours classés en Etape 1 (encours sains) et Etape 2 (encours dégradés) dont 123 millions d’euros d’impact lié à la revue des scénarios macro-économiques dans la Banque de détail et Services Financiers Internationaux

Sur les neufs premiers mois, le coût net du risque s’élève à 2 617 millions d’euros dont 1 617 millions d’euros au titre des encours classés en Etape 3 et 1 000 millions d’euros au titre des encours classés en Etape 1 et Etape 2.

Au 30 septembre, le montant total des moratoires est d’environ 35 milliards d’euros, dont environ 9 milliards d’euros expirés ; l’impact sur le coût du risque du Groupe de cette sortie est limité.

Le Groupe s’attend à un coût du risque commercial 2020 à environ 70 points de base

Le taux brut d’encours douteux s’élève à 3,4%(1) au 30 septembre 2020, en hausse de +20 pb par rapport au 30 septembre 2019. Le taux de couverture brut des encours douteux du Groupe s’établit à 52%(2) au 30 septembre 2020 (54% au 30 juin 2020).

Gains ou pertes nets sur autres actifs

Le poste « Gains et pertes nets sur autres actifs » s’élève à -2 millions d’euros au T3-20 et à +82 millions d’euros au 9M-20.

Le bénéfice net par action est négatif et s’élève à -1,38 euro sur 9M-20 (2,49 euros au 9M-19). Le bénéfice
net par action sous-jacent s’élève à 0,42 euro (3,21 euros au 9M-19) La provision pour dividende, correspondant à 50% du résultat net sous-jacent après déduction des intérêts sur les TSS et TSDI sur les neuf premiers mois 2020, s’élève à 0,21 euro /action.

STRUCTURE FINANCIÈRE DU GROUPE

Au 30 septembre 2020, les capitaux propres part du Groupe s’élèvent à 60,6 milliards d’euros (63,5milliards d’euros au 31 décembre 2019), l’actif net par action est de 62,0 euros et l’actif net tangible par action est de 54,45 euros.

Le total du bilan consolidé s’établit à 1 472 milliards d’euros au 30 septembre 2020 (1 356 milliards d’euros au 31 décembre 2019). Le montant net des encours de crédits à la clientèle, y compris la location financement, au 30 septembre 2020 est de 440 milliards d’euros (430 milliards d’euros au 31 décembre2019) – hors valeurs et titres reçus en pension. Parallèlement les dépôts de la clientèle atteignent 440milliards d’euros, contre 410 milliards d’euros au 31 décembre 2019 (hors valeurs et titres donnés en
pension).

A fin septembre 2020, la maison mère a émis 26,9 milliards d’euros de dette à moyen et long terme, avec une maturité moyenne de 5,6 ans et un spread moyen de 61 points de base (par rapport au mid-swap 6mois, hors dette subordonnée). Les filiales ont émis 765 millions d’euros. Au total, au 30 septembre 2020, le Groupe a émis 27,6 milliards d’euros de dette à moyen et long terme. Le LCR (Liquidity Coverage Ratio) s’inscrit bien au-dessus des exigences réglementaires à 179% à fin septembre 2020, contre 119% à fin
décembre 2019. Parallèlement, le NSFR (Net Stable Funding Ratio) est à un niveau supérieur à 100% à fin septembre 2020.

Les encours pondérés par les risques (RWA) du Groupe s’élèvent à 352,3 milliards d’euros au 30 septembre 2020 (contre 345,0 milliards d’euros à fin décembre 2019) selon les règles CRR/CRD4. Les encours pondérés au titre du risque de crédit représentent 80,7% du total, à 284,4 milliards d’euros, en
hausse de 0,7% par rapport au 31 décembre 2019.

Au 30 septembre 2020, le ratio Common Equity Tier 1 du Groupe s’établit à 13,1% (13,2% pro forma de l’impact de la cession de SG Finans finalisée le 1er octobre 2020, soit environ 420 points de base au-dessus de l’exigence réglementaire). Le ratio CET1 au 30 septembre 2020 inclut un effet de +19 points de base au titre du phasage de l’impact IFRS 9. Hors cet effet, le ratio non phasé s’élève à 12,9%. Le ratio Tier 1 s’élève à 15,1%(1) à fin septembre 2020 (15,1% à fin décembre 2019) et le ratio global de
solvabilité s’établit à 18,2%(1) (18,3% à fin décembre 2019).

Le ratio CET1 est attendu au-dessus de 12% à fin 2020 en tenant compte de l’intégralité des évolutions réglementaires liées à la revue des modèles internes (TRIM).

Avec un niveau de 29,6%(1) des RWA et 8,7%(1) de l’exposition levier à fin septembre 2020, le Groupe présente un TLAC supérieur aux exigences du FSB pour 2020. Au 30 septembre 2020, le Groupe est aussi
au-dessus de ses exigences MREL qui sont de 8,51% du TLOF(2)
(ce qui représentait à décembre 2017 un niveau de 24,4% des RWA), lesquels ont servi de référence au calibrage du CRU.

Le Groupe est noté par quatre agences de notation : (i) FitchRatings – notation long terme « A- », perspectives stables, notation dette senior préférée « A », notation court-terme « F1 » ; (ii) Moody’s – notation long terme (dette senior préférée) « A1 », perspectives stables, notation court-terme « P-1 »; (iii) R&I – notation long terme (dette senior préférée) « A », perspectives stables ; et (iv) S&P Global Ratings -notation long terme (dette senior préférée) « A », perspectives négatives, notation court-terme « A-1 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!