Le cornichon français sur la voie de la résurrection

Le cornichon, tout le monde en mange ou presque… Les amateurs apprécient son croquant et sa saveur légèrement piquante, le tout associé à une tartine de riflette, sarthoise de préférence.

Petit fruit originaire des contreforts de l’Himalaya, le cornichon a longtemps été cultivés en France avant de totalement disparaître dans les années 1990. Depuis 2016, la filière a été relancée dans l’Hexagone ; Faute de débouché, cette culture d’été nécessitant beaucoup de mains-d’œuvre a été abandonnée par les agriculteurs dans les années 1990, au profit d’autres produits.

En France, 80 % des cornichons consommés sont cultivés en Inde, le reste provient d’Europe de l’Est. Et pour cause, le cornichon est particulièrement contraignant et cher à produire.  Le cornichon indien coûte en moyenne six fois moins cher de produire que le cornichon français. En quelques heures, selon les conditions, météo, le cornichon peut doubler de taille. Le cueilleur doit réagir très vite pour respecter les calibrages demandés. Un cornichon trop petit un jour risque d’être trop gros et moins bien valorisé le lendemain.

Hélène Grasset

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!