FLASH MARCHÉS : LA FED MAINTIENT SA TRAJECTOIRE

• La Fed et la banque centrale d’Angleterre ont maintenu leur trajectoire de normalisation de leur politique monétaire, en augmentant chacune leur taux directeur de 25 bp

• La Bourse chinoise a entamé un fort rebond en milieu de semaine

• Nous maintenons notre sous-exposition aux actions 

Si la semaine a été rythmée par des sessions de négociations entre Moscou et Kiev, aucun accord de cessez-le-feu n’a pu être trouvé malgré l’annonce par le président ukrainien de renoncer à entrer dans l’Otan. Les combats se sont intensifiés et un quatrième paquet de sanctions a été adopté lundi par l’Union européenne interdisant les exportations de produits de luxe européens, les importations dacier et de fer russes et les investissements dans l’énergie en Russie (et non les importations).

Le Conseil de l’Europe a prononcé l’exclusion de la Fédération de Russie de la Convention européenne des droits de l’Homme, privant ses 145 millions de citoyens d’un accès à la Cour européenne des droits de l’Homme. Si l’escalade des sanctions fait porter un risque sur la croissance, l’espoir d’une résolution rapide du conflit, mais également les confinements en Chine, ont permis un reflux des prix des matières premières. Le pétrole et le gaz ont reflué autour des 100$.

Dans le sillage de la BCE la semaine précédente, la Fed et la banque centrale d’Angleterre ont maintenu leur trajectoire de normalisation de leur politique monétaire, en augmentant chacune leur taux directeur de 25 bp, conformément aux attentes. Les deux banques centrales témoignent de leurs craintes quant à l’impact négatif de la guerre en Ukraine sur leurs perspectives de croissance, tout en exposant l’économie à davantage de pressions inflationnistes liées aux prix des matières premières et aux tensions sur les chaînes d’approvisionnement.

Alors que l’incertitude actuelle a continué d’alimenter la hausse du franc suisse, confirmant son statut de valeur « refuge », la banque centrale (BNS) qui était restée en retrait jusqu’alors, a confirmé être intervenue massivement la semaine dernière pour faire baisser sa devise.

Après sa forte baisse, la Bourse chinoise a entamé un fort rebond en milieu de semaine, portée par les promesses du gouvernement chinois de tout faire pour soutenir son marché immobilier et d’atteindre ses objectifs de croissance de 5.5% pour cette année.

Considérant l’impact négatif de cette crise sur la croissance mondiale en particulier européenne, nous maintenons notre sous-exposition aux actions. Sur les taux, nous maintenons une sous-pondération sur les dettes souveraines et le crédit de qualité et restons prudents sur la duration du fait de l’inflation qui va rester persistante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!