Benjamin Melman : « Les marchés veulent tourner la page »

Après le mouvement de repli initié à la suite de l’invasion del’Ukraine, les actifs risqués reprennent des couleurs depuis le 8mars, propulsant les grands indices actions à des niveaux proches ou supérieurs à ceux qui prévalaient avant la guerre;

Toutes les parties autour de ce conflit s’efforcent de conserver sa dimension locale,
évitant soigneusement la contagion. Les pays de l’OTAN exploitent leurs marges
de manœuvre tout en écartant toute action qui les qualifierait de cobelligérants. La Chine n’apporte pas ouvertement son soutien à la Russie et cette dernière n’a pas lancé de cyberattaque généralisée. Elle continue même de payer les coupons de sa dette libellée en dollars en dépit des sanctions.

Par ailleurs, les autorités chinoises ont procédé à une série de déclarations visant à rassurer les investisseurs sur de nombreux sujets (la situation de l’immobilier et des promoteurs, la politique zéro-Covid, leur intérêt quant au statut des ADR -American Depositary Receipts…).

Enfin, la Fed a réactualisé drastiquement son jeu de prévisions sur la croissance, l’inflation et les taux d’intérêts. L’action de la banque centrale étant un sujet d’inquiétude dans ce contexte inflationniste à l’approche du FOMC, on observe comme un soulagement une fois l’échéance passée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!