La montée des taux va-t-elle rendre moins attractive l’assurance-vie ?

Du côté de l’assurance vie, produit d’épargne préféré des Français avec 1.847 milliards d’euros d’encours à fin juillet, la hausse des taux est aussi accueillie favorablement.

Après plus de dix ans de baisse ininterrompue, le rendement des fonds euros, support d’investissement phare dont le capital est garanti, devrait remonter en 2022, estime Corinne Calendini AXA Wealth Management

Selon elle, après être tombé en moyenne à 1,08% en 2021, un plus bas historique, le rendement brut pourrait grimper entre 1,60% et 2% cette année.

Les fonds d’assurance vie disposent en effet de réserves, plus ou moins importantes, que leurs gestionnaires doivent utiliser à bon escient. Il sera tentant pour eux d’y piocher, ne serait-ce que pour pouvoir rivaliser avec le Livret A, qui propose un rendement de 2% net.

Que représente l’assurance-vie aujourd’hui dans le marché Français?

L’assurance‑vie est un produit d’épargne de long terme qui se décline en différents supports :

• Les fonds placés sur des supports en euros avec un capital garanti et des intérêts acquis une fois versés. Ces fonds constituent une part substantielle des placements des ménages français (Banque de France, 2021a) et sont le premier produit d’épargne des Français devant les dépôts bancaires rémunérés. Ils représentent 38 % du patrimoine financier des ménages.

• Les fonds placés sur des supports de type unités de compte : sur ces fonds, l’assureur garantit seulement le nombre d’unités et non leur valeur. Le risque de fluctuation de la valeur est porté par le souscripteur, c’est‑a‑dire l’assuré.

• Et plus récemment, les contrats multi‑supports : une partie des fonds peut être placée sur un support en euros et le reste sur divers actifs financiers, de type unités de compte.

Bien que les épargnants soient nombreux à détenir des contrats d’assurance‑vie, 39 % des ménages métropolitains en 2018 selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee, 2018), cette détention qui s’accroît avec le revenu aboutit à une certaine concentration. Ainsi, en 2015, les ménages aux 10 % de revenus les plus élevés détenaient près de 80 % des fonds placés en assurance‑vie (Arrondel et Coffinet, 2019).

Malgré l’impact exceptionnel de la crise sanitaire sur l’activité économique et les marches, pas de fragilité accrue des sociétés d’assurance

Pour faire face à l’épidémie de Covid‑19, la plupart des gouvernements ont mis en place des restrictions qui ont affecté l’activité économique. L’activité mondiale s’est contractée en 2020 de l’ordre de – 3,5 % (d’après le Fonds monétaire international – FMI, 2021). Au niveau national, la Banque de France estime que la contraction du PIB a été de 8 % en 2020 et que l’activité retrouverait son niveau pré-Covid fin 2021 (Banque de France, 2021b).

Dans cet environnement défavorable et incertain, les valeurs boursières ont fortement baissé en début d’année 2020, accentuant la volatilité sur les marchés actions. En effet, après avoir atteint un pic le 29 février 2020 à 6 111 points, le CAC 40 a subi une correction drastique, chutant le 18 mars à 3 754 points. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!