Le Ghana veut acheter du pétrole contre de l’or

Le Ghana, deuxième producteur d’or d’Afrique, a demandé la semaine dernière aux grandes sociétés minières de vendre à la Banque centrale ghanéenne à partir du 1er janvier 20 % du métal qu’elles raffinent afin de constituer des réserves de lingots qui serviront à importer du carburant et à réduire la demande de dollars après la chute de 57 % de sa monnaie cette année.

« Nous sommes ouverts à toute société internationale de négoce de pétrole qui serait intéressée, a déclaré M. Mahama lors d’une interview téléphonique le 25 novembre. A partir d’octobre 2023, tous nos besoins en produits pétroliers seront échangés contre de l’or. »

ENOC n’a pour le moment fait aucun commentaire sur cet accord avec le Ghana.

Le Ghana dépense environ 10 milliards de dollars (9,63 milliards d’euros) par an en importations, dont 48 % pour l’achat de carburant. Le gouvernement espère que le troc d’or contre du brut raffiné l’aidera à reconstituer les réserves internationales brutes qui sont tombées à 6,7 milliards de dollars à la fin du mois d’octobre, ce qui ne couvre qu’à peine 2,9 mois d’importations, contre 10,8 milliards de dollars un an plus tôt.

L’idée d’échanger du pétrole contre de l’or remonte aux années 1970 et concernait à l’époque les pays du Golfe après l’abandon de l’étalon-or par Richard Nixon. Plus récemment, c’est l’Iran qui y a eu recours afin de contourner les sanctions américaines. Concrètement, le Ghana a commencé à acheter de l’or dès l’an passé pour la première fois en soixante ans, toujours dans le but de renforcer ses réserves de change.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!