Performance absolue et décorrélation : les nombreux instruments d’un orchestre

Les turbulences sur les marchés peuvent bénéficier à certains types de stratégies de performance absolue, alors même que les autres instruments ne sont pas au diapason. La forte volatilité, la hausse des taux et la corrélation croissante entre les classes d’actifs montrent pourquoi un orchestre utilise une gamme complète d’instruments.    

Tous les instruments de l’orchestre

Par construction, les stratégies actions à rendement absolu de type Long-Short Equity utilisent de nombreux instruments dans leur objectif de performance. Sur les marchés atones, leurs performances peuvent également être ternes, un peu comme un fonds monétaire avec des éléments supplémentaires. Ces approches sont également conçues dans le but de bénéficier réellement de la hausse de la volatilité.

Par construction, les stratégies actions à rendement absolu de type Long-Short Equity utilisent de nombreux instruments dans leur objectif de performance. Sur les marchés atones, leurs performances peuvent également être ternes, un peu comme un fonds monétaire avec des éléments supplémentaires. Ces approches sont également conçues dans le but de bénéficier réellement de la hausse de la volatilité.

Mais à l’instar d’un fonds monétaire, la hausse des taux d’intérêt signifie que la note basse de la performance attendue monte d’un cran. Et à l’instar d’un marché monétaire, lorsque les taux augmentent, la note basse remonte en même temps que les autres instruments, avec peu ou pas de décalage dans le temps.

Réglage des instruments

La hausse des taux et le retour d’une forte volatilité des marchés ont été les thèmes de 2022. Les marchés actions et obligations ont été pour le moins « discordants ». L’indice actions MSCI World a chuté de près de 15 %, tandis que l’indice obligataire Barclays Global Aggregate Bond a perdu plus de 16 % depuis le début de l’année jusqu’au 23 novembre.[1] Néanmoins, les stratégies actions à rendement absolu pourraient être particulièrement bien placées pour tirer parti de la volatilité accrue et de la hausse des taux d’intérêt. 

Avec une corrélation positive entre actions et obligations pour la première fois depuis la crise financière de 2008,[2]ces stratégies jouent leur rôle de classe d’actifs diversifiante. Si les bonnes nouvelles arrivent par trois, alors trois bémols pour les marchés sont en parfaite adéquation avec ces types d’investissements.

La volatilité favorise les stratégies actions à rendement absolu

La volatilité des actions s’est accélérée pour atteindre une moyenne plus élevée. En ce qui concerne la volatilité des actions, on peut observer une augmentation du niveau moyen du VIX au cours des deux dernières années par rapport à la période 2012-2019.[3] Ces deux périodes excluent le pic de la Covid.

La hausse de la volatilité offre des primes de risque plus élevées. La capacité à s’adapter rapidement à l’évolution des marchés signifie que lorsque des primes de risque plus élevées apparaissent, ces approches peuvent saisir de nouvelles opportunités de risque/rendement en temps réel. Comme la plupart des fonds d’actions à rendement absolu, elles fournissent de la liquidité et peuvent potentiellement être plus rentables en période de forte volatilité du marché lorsque cette liquidité est bien rémunérée.

La hausse des taux signifie de meilleurs rendements dans la poche monétaire

Contrairement aux classes d’actifs traditionnelles, les stratégies actions à rendement absolu peuvent bénéficier d’un environnement de hausse des taux d’intérêt. La particularité de certains fonds alternatifs est qu’ils peuvent être constitués de stratégies d’investissement opportunistes parallèlement à une poche monétaire investie.

Emmanuel Terraz — Global Head of Absolute Return & Quantitative Equity et Head of Equity Market Neutral

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!