Emploi : En quoi le portage salarial consiste-t-il ?

Le portage salarial a le vent en poupe ces dernières années. Grâce à ce statut hybride, les freelances ont la possibilité de travailler à leur compte, en totale indépendance, tout en profitant des avantages des salariés d’entreprise.

Le portage salarial se résume en une relation contractuelle qui lie les trois contractants suivants : une société de portage, un indépendant et ses clients. Le rôle de chacun est défini et encadré par des textes légaux.

 Le portage salarial est un statut qui permet l’exercice d’une activité professionnelle indépendante (également appelée activité freelance), avec tous les bénéfices liés à une couverture sociale habituellement réservée au statut de salarié.

Quelles sont les conditions d’accès au statut de salarié porté, selon la loi ?

Selon la loi de 2017, ce statut est réservé aux activités de service et impose de générer un chiffre d’affaires minimum. Les seuils de chiffre d’affaires diffèrent selon le niveau d’expérience et le modèle tarifaire pratiqué par le salarié porté. Ils devront néanmoins respecter un taux horaire minimum de 35 € ou un TJM (taux moyen journalier) de 250 € :

Pour un salarié porté junior : 70 % du plafond de la Sécurité sociale, soit 2 288,30 €

Pour un salarié porté sénior : 75 % du plafond de la Sécurité sociale, soit 2 451,75 €

Pour un salarié porté en forfait jours : 85 % du plafond de la Sécurité sociale, soit 2 778,65 €

Ce statut intermédiaire s’adresse à tous les profils, mais reste particulièrement plébiscité par les Français en reconversion professionnelle qui hésitent encore à passer le cap du statut d’indépendant. Il reste idéal pour ceux qui recherchent la liberté de l’entrepreneuriat sans la gestion des “contraintes” administratives et RH et la sécurité qu’offre un contrat de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!