Assouplissements quantitatifs et impact sur le prix de l’Or

Qu’est-ce que l’assouplissement quantitatif (ou quantitative easing)

C’est une politique monétaire mise en place par les Banques Centrales. Elle est dite non-conventionnelle car elle s’éloigne du rôle principal de ces institutions qui est la régulation de la masse monétaire par le levier des taux d’intérêt. Elle supprime le marché libre pour un marché administré. 
Une Banque Centrale est la fournisseuse de crédit des banques commerciales : c’est la banque des banques. S’éloignant de son métier en répondant à la demande de crédit, les Banques Centrales augmente l’offre de monnaie sans que cela réponde à une demande, elles créent de la monnaie ‘ex nihilo’.
Cette politique monétaire consiste en l’achat d’une quantité importante d’actifs financiers, pour augmenter la liquidité du marché. La finalité de cette mesure est l’échange de produit financier non-rentable contre de la monnaie afin de contrer la déflation (en essayant de créer de l’inflation). Cela va augmenter de manière rapide la masse monétaire pour rééquilibrer la baisse de la vitesse de circulation de la monnaie ; et ainsi soutenir la croissance économique.
Plus concrètement, une Banque Centrale va acheter directement les titres financiers des entreprises (actions ou obligations) et se substituer au marché libre. Cela va permettre de soutenir un prix élevé des actifs.
Une des finalités peut être la protection de la souveraineté régionale des entreprises. En effet, comme leur capitalisation boursière baissent les entreprises stratégiques deviennent des proies pour les pays étrangers qui pourrait les acquérir et ainsi devenir propriétaire de brevet et savoir faire compétitifs.

Ce que nous savons des assouplissements monétaires

L’expression assouplissement monétaire est devenue à la mode à partir de 2008 lorsque la FED a commencé cette politique pour contrer la crise du crédit.
Pendant cette période, les encours du bilan de la FED passent de 800 milliards à 4 500 milliards en 2013. Ainsi pour contrer les premiers effets de la crise des sub-primes, la Banque Centrale des USA a multiplié par plus de 5 le nombre de dollars US en circulation.
Bien évidemment, elle n’a pas été la seule banque centrale a effectué ce type de politique monétaire. Concernant la BCE, cette politique a été faite en plusieurs fois, en 2008 et 2012, portant le bilan de BCE de 2 à 5,5 milliards d’euros.
D’autres Banques Centrales à travers le monde ont également utilisé de cet instrument financier pour relancer l’économie de leur pays.
Après 2013, la reprise économique est revenue. Toutefois, la croissance économique était faible et la BCE a dû reprendre sa politique de QE en 2015. 
Concernant la FED, elle a toujours soutenu l’économie depuis 2008 avec une politique de taux bas. En 2017, elle essaya de terminer cette politique ce qui eut pour conséquence de créer une crise de liquidité et un mini-knack boursière au 4e trimestre 2018. La FED dut reprendre sa politique de QE.
En 2020, faisant face à la crise du Covid-19, les principales Banques Centrales ont approfondi leurs politiques monétaires à grand coup de centaines de milliards. Les montants sont astronomiques. Rien que de mars à mai 2020, le bilan de la FED a déjà presque doublé ; les actualités récentes nous indiquent que cela va continuer.

Impact sur le prix de l’Or



Le quantitative esaing n’ont pas immédiatement fait augmenter le cours de l’Or. C’est avant tout la peur de la crise et de la récession qui ont poussé le prix du métal jaune à la hausse sur le moyen terme. Les quantitative easing sont avant tout distribués à l’organisme financier ; puis ils se déversent dans les autres strates de l’économie. Il y a un temps de latence entre l’impression de monnaie et son impact réel sur les prix.
Toutefois, en regardant l’évolution du prix de l’or ces dernières années, on peut statuer sur des conclusions et sur des prévisions.
En dollar US, en franc Suisse, en Euro ou en Yen japonnais, depuis 2008, le prix de l’Or à été multiplié par 2 en 10 ans. Pour un actif qui vit en marge des investissements traditionnels, il s’agit d’une bonne performance. Si l’on s’intéresse à un peu plus près à la cotation de l’Or dans d’autres monnaies, il s’avère que le prix du métal jaune a été multiplié par 3 en dollar australien, en Livre sterling et par 4 en dollar canadien ou en Rouble russe. Cela est la conséquence de la baisse de parité de change dans ces monnaies. Si l’on venait à étudier de plus près les monnaies d’autres pays moins importants, nous pourrions observer des variations plus importantes notamment en Livre turque dans laquelle le prix de l’Or a été multiplié par 8.

C’est une composante majeure de l’évolution du prix de l’Or que sa vitesse de progression ne se fasse pas à la même vitesse dans chaque monnaie. Dans notre exemple, et à salaire constant, le citoyen américain peut acheter deux fois moins d’Or aujourd’hui qu’en 2008, tandis que le citoyen australien peut acheter trois fois moins d’Or. C’est une baisse conséquente du pouvoir d’achat. En creusant un peu plus, nous pourrions trouver des écarts plus importants.
Le QE est un accroissement de la masse monétaire sans création de valeur. La monnaie ainsi créée ne profite pas à toute la population. D’une part, à salaire constant, l’Or est devenu deux fois plus cher. D’autre part, la baisse des salaires communément enregistrés à chaque crise a un effet multiplicateur sur la perte du pouvoir d’achat, dans toutes les matières, mais surtout sur l’Or.

À quoi devant nous attendre pour les prochaines années.
Les QE ont été créées pour contrer la déflation, ou la diminution de l’offre monnaie. Si l’Or a autant monté dans les monnaies secondaires du monde, c’est avant tout parce que les parités de taux de change se sont appréciées en faveur de l’USD, car sa liquidité n’a cessé de diminuer depuis 2008 ; l’offre d’USD a diminué.
Il a fallu attendre 3 ans entre le début de la crise des sub-primes et le pique historique du cours de l’or en 2011. Lors du choc obligataire de 1974, il a fallu également 4 ans avant que le prix de l’Or atteigne son plus haut de l’époque.
Ainsi, nous ne verrons les effets de la crise actuelle sur le prix de l’Or qu’à l’horizon 2022.
Un des catalyseurs sera sans doute la baisse de parité de l’USD face à ses grands concurrents : euro ou Yuan chinois. Les réserves de change dans le monde en USD, car l’USD a été la monnaie de réserve pendant plus de 30 ans, les coffres sont pleins d’USD qui dorment et les quantités sont astronomique. Avec une baisse de la parité du dollar US, donc une baisse de la valeur de réserve, un mouvement de largage aura lieu au profit de l’Or.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!